Historiquement, la première entreprise de travail temporaire voit le jour aux Etats-Unis en 1905 et c'est le géant Manpower, qui fera figure de proue en se spécialisant dans la recherche de main d'oeuvre pour le déchargement des bateaux à Milwaukee. Ce n'est que 50 ans plus tard, en 1953, que l'intérim se développe en France en se basant sur le modèle américain1. Aujourd'hui encore, la domination mondiale du Suisse Adecco, du Hollandais Randstad et de l'Américain Manpower sont des sources d'inspiration mais l'accélération de la mondialisation et la recherche perpétuelle de stratégies disruptives permettent aux entreprises françaises de travail temporaire de s'inspirer au delà des frontières.

En matière d'emploi, la législation française est souvent plus protectrice que celle de nos voisins étrangers. Il en découle un certain retard dans le développement de nouveaux procédés en comparaison avec d'autres pays dont les capacités d'innovation sont plus flexibles. Même si elles sont présentes en France, elles ne sont pas totalement ancrées dans les mœurs ; Zoom sur les tendances de recrutement, fortement mobilisées à l’étranger, représentant une source d’inspiration pour les agences d’intérim françaises.

1️. Les recommandations via les réseaux sociaux et les applications aux USA 🇺🇸

brought to you by: ✅ www.inlytics.io ➡️ Your LinkedIn Analytics Tool.

Les réseaux sociaux sont ancrés dans les habitudes des américains, et ce, même dans le milieu professionnel. LinkedIn est d'ailleurs un outil essentiel à la stratégie de recherche d’emploi des candidats qui demandent régulièrement à leurs contacts de les recommander pour telle ou telle opportunité. 30% des recrutements se font d'ailleurs sur recommandations numériques ! Pourtant, en France les réseaux sociaux n’arrivent qu’en quatrième position des outils de recherche d’emplois les plus plébiscités2.

Par ailleurs, les États-Unis utilisent nettement plus les applications. Le groupe Accenture a, par exemple, créé sa propre application de recommandations. Celle-ci permet aux candidats externes de trouver dans leur carnet d’adresse des employés susceptibles de les aider à postuler.

Aujourd’hui en France, toutes les recommandations d’intérimaires ne se réalisent pas majoritairement via les réseaux sociaux mais plutôt via le bouche à oreille ou les relations personnelles. Sensibiliser les intérimaires à l’utilisation de LinkedIn, leur proposer un système de recommandations en ligne, les récompenser à l’aide d’une prime de cooptation automatique si la personne est embauchée, sont autant d'outils qui peuvent faire croître la popularité d’une agence.

2. Les entretiens en vidéo et en réalité virtuelle en Grande Bretagne 🇬🇧 et en Australie 🇦🇺

Looking at computer and phone

La Grande Bretagne utilisait les entretiens vidéos bien avant la crise Covid-19. L’armée Britannique quant à elle, a vu ses embauches augmenter de 66 % à partir du moment où elle a introduit la réalité virtuelle dans son processus de recrutement 3. En Australie, Llovds Banking et la Commonwealth Bank of Australia, utilisent la réalité virtuelle depuis quelques années afin d’évaluer les aptitudes des candidats à prendre des décisions et à résoudre des problèmes.

En France, l’utilisation des entretiens vidéos s'est démocratisée depuis moins d'un an mais il n'est pas certain que cette tendance sera toujours au rendez-vous après la fin de cette crise sanitaire. Elle permet pourtant de gérer plus rapidement un fort volume de candidats, tout comme la réalité virtuelle permet aux candidats d’être évalués en termes de compétences techniques sur une mise en situation de travail. Un gain de temps considérable pour tous les recruteurs.


3. Les entretiens d’embauche créatifs aux USA 🇺🇸

Two middle age business workers smiling happy and confident. Working together with smile on face hand giving high five at the office

De nouveaux types de recrutement cassent les codes traditionnels des entretiens d’embauche classiques à la française. Les États-Unis privilégient un côté direct, voire parfois loufoque mais qui permettent d'analyser la capacité de réflexion du candidat. Google par exemple, questionne ses candidats de façon décalée 3:

«Un homme a poussé sa voiture jusqu’à l’hôtel et perdu toute sa fortune. Que s’est-il passé ?»,
«Concevez un plan d’évacuation pour la ville de San Francisco ».

Certaines études démontrent que les entretiens traditionnels ne permettent pas de connaître suffisamment les candidats. Les recruteurs poussent désormais le curseur vers la créativité, l’ouverture d’esprit et la flexibilité des candidats. Aux États-Unis, les entretiens vont même jusqu’à s’inspirer des télé-réalités et des jeux télévisés. Via un entretien très positif, le recruteur cherche à installer une ambiance agréable permettant de laisser aller le candidat aux bavardages. En France, les entretiens sont plus courtois voire distants. Faire évoluer ses entretiens vers plus de proximité pourrait notamment permettre aux agences de d'intérim de réduire les erreurs d'embauches.

4. Les initiatives d’onboarding aux USA 🇺🇸

Twitter a développé un processus d’onboarding complet en 75 étapes intitulé "Yes to Desk" qui se passe entre le moment où un collaborateur s’installe au sein de l’entreprise jusqu’à ce qu’il accepte de rester au sein de la structure5. Le collaborateur se familiarise avec l’entreprise avant son arrivée avec un mail lui expliquant le programme de sa première journée. Le salarié apprend entre autres, l’histoire de l’entreprise, des projets actuels et futurs et est formé à l’utilisation de nouveaux outils. Ce processus en 75 étapes s’étend sur 5 semaines où le candidat décide à son terme de rester ou non.

Une autre entreprise américaine, Valve (qui développe des jeux vidéos), utilise un livret de 55 pages dans son processus d’onboarding. Ce livre permet au nouveau collaborateur de disposer d’informations essentielles pour débuter ainsi que des thèmes décrits de façon humoristiques (par exemple le thème : « What if I screw up ? » / « Et si je me plante »?). Valve pratique également le « Flat Management », c’est-à-dire un management anti-pyramidal, où chacun peut choisir le projet sur lequel il souhaite travailler. De ce fait le candidat s’attelle aux tâches qui lui correspondent le plus et qui lui permettront, logiquement, d’être plus efficace.

Il n’est pas rare que les intérimaires connaissent à peine les agences d’intérim dans lesquelles ils sont employés. Les initiatives d’onboarding permettent pourtant de fidéliser les talents les plus compétents.

6️⃣ La méthode Kanban pour recruter au Japon 🇯🇵

La méthode Kanban est apparu au Japon dans les années 50 en ayant pour principal concept : « Le juste à temps ». Elle permet de gérer les tâches sous forme d'étiquettes pour voir en tant réel où en est l'avancée d'un projet. Récemment démocratisée par des outils de gestion de projets collaboratifs tels que Trello ou Asana, la méthode se développe aussi dans le domaine du recrutement et s'applique en imaginant que chaque candidature doit être traitée comme un post-it à classer dans des colonnes.

Certains outils tels que Troops se sont d'ailleurs inspirés de la méthode Kanban  pour permettre aux agences d'intérim de gérer leurs candidatures. L'avantage pour les chargés de recrutement ? Visualiser en un coup d'oeil toutes les étapes du process. Sur l'écran ci-dessus, par exemple :

  • Colonne 1 : on retrouve les candidats en attente, qui sont sélectionnés par l'agence pour une mission chez un client
  • Colonne 2 : les candidats intéressés par la mission ayant postulé pour celle-ci
  • Colonne 3 : les candidats acceptés par l'agence ou le client pour la mission
  • Colonne 4 : les candidats qui ne sont pas intéressés par la mission ou ceux qui ont été refusés par le client

Le recrutement d’intérimaires se base sur un processus d’embauche agile et le client fait d’ailleurs souvent appel aux agences dans l’urgence. La méthode, qui permet d'être réactif et d'éviter les erreurs est donc très utile pour les agences de travail temporaire.


_______________

Les habitudes de recrutement sont différentes dans chaque pays. Chez nos voisins Européens, celles des agences temporaires pour l’emploi sont similaires à nos habitudes françaises. Certains pays sont cependant plus friands des évolutions technologiques. En terme de réglementation, le Royaume Uni, l’Allemagne et les pays scandinave ont aujourd'hui fait l’effort d’adapter le marché du travail à la législation. La France et l’Italie restent encore à la traîne même si elles projettent de s’y mettre dans les prochaines années.

L’Inde est le pays qui reste le plus fidèle aux Jobboards. Le volume d’embauches via les CVthèques représente d'ailleurs 50 % des recrutements. En Chine, comme aux USA, les réseaux sociaux sont devenus un aspect fondamental de la culture professionnelle. Mais en matière de tendances et d'innovations, les américains demeurent des précurseurs inspirants pour les pays étrangers. Ils ont été les pionners de nombreuses pratiques : Personal Branding depuis les années 90, recrutement via les réseaux sociaux, télétravail, chasse, marketage des RH, initiative d’onboarding, avancées technologiques de l’intelligence artificielle...

_______________